Accueil > 02. EN FEUILLETANT LE DERNIER NUMÉRO > N° 274 – Avril 2018 – Bulletin pyrénéen n° 516

N° 274 – Avril 2018 – Bulletin pyrénéen n° 516

JPEG - 73.3 ko
Le comte René d’Astorg (1860-1940) et Célestin Passet, le 9 juillet 1901, sur l’obélisque qui chapeaute la pointe qui porte son nom, près de la Maladeta, photographie Henri Brulle, coll. particulière.

 Sommaire

2 Éditorial par Jean-François Labourie
4 René d’Astorg, pyrénéiste oublié par François Labadens
26 Pedro Montserrat, un grand botaniste par Guy Dussaussois
44 Carnets de montagne par Norbert Casteret
64 Peña Santa, montagne sacrée des Picos de Europa par Luis Aurelio González Prieto
82 ¿ Question d’image ?
83 Lectures par Gérard Raynaud
88 Chroniques par Jean-Paul Chaintrier
110 Musée pyrénéen
111 La vie de la revue
112 Trait d’Union

JPEG - 37.2 ko
Norbert Casteret dans sa bibliothèque, coll. Casteret
JPEG - 29.8 ko
Le massif de la Peña Santa, © L.A.G.P.

 Éditorial

Avalanche

L’Association nationale pour l’étude de la neige et des avalanches (ANENA), dresse en ce début avril le bilan non définitif des accidents d’avalanche pour l’hiver 2017-2018. Trente-cinq skieurs (dont dix-sept randonneurs à skis) sont décédés en France ensevelis sous une avalanche. Les Hautes-Pyrénées sont le département français qui déplore le plus lourd bilan, avec huit décès et un disparu, devant la Savoie et la Haute-Savoie. Malgré les progrès et l’enseignement de la nivologie, en dépit de la précision des bulletins d’alerte et du bon niveau d’équipement en matériel de recherche des victimes, le suprême plaisir du ski de montagne réclame chaque hiver un lourd tribut, cruel.
Une des plus amères injustices concerne la dernière victime à déplorer, dans le massif des Aiguilles Rouges à Chamonix : Emmanuel Cauchy, 58 ans, guide de haute montagne et médecin urgentiste, spécialiste de l’hypoxie et des gelures, fondateur de l’Institut de formation et de recherche en médecine de montagne (IFREMONT). Dans le milieu alpin et au-delà, cette disparition a provoqué un véritable choc, comme si le mal que combattait « Docteur Vertical » – les dangers de la haute montagne – avait sadiquement fait taire sa compétence et sa combativité. Car la mission du docteur Cauchy était d’améliorer la qualité des soins prodigués par les équipes de secours en haute montagne, civiles et militaires. Dans les Alpes et, bien sûr, dans les Pyrénées.

Dans ce numéro, François Labadens présente le pyrénéiste René d’Astorg, compagnon de cordée d’Henri Brulle et de Célestin Passet. Portrait savoureux de ce gentilhomme d’un autre temps qui grimpa notamment, en 1901, sur l’obélisque sommital le pic du Milieu de la Maladeta.

Puis Guy Dussaussois brosse l’œuvre magistrale de Pedro Montserrat, grand botaniste espagnol, décédé le 4 février 2017.

JPEG - 20.4 ko
René d’Astorg, encordé à la taille, sur la muraille du cirque de Gavarnie, vers 1895. Photographie Henri Brulle, coll. particulière
JPEG - 41 ko
Pedro Montserrat examinant les falaises à Petrocoptis du Haut-Aragon en 1974, archives privées et © G. D.

Norbert Casteret, l’homme des Pyrénées souterraines, poursuit ses aventures solaires, au cours de son carnet.

Enfin, Luis Aurelio Gonzáles Prieto achève la saga de la Peña Santa et de son calcaire de rêve. À la suite de l’histoire du Najanro de Bulnes (Pyrénées, n° 256 à 259), il boucle une véritable monographie des Picos de Europa, ce massif si loin et si proche des Pyrénées isthmiques.

 

Jean-François Labourie

 






Moteur de recherche d'articles »

S'abonner!

Pour en savoir plus, cliquez ici »