Accueil > ACTUALITÉS PYRÉNÉENNES & AGENDA > Stations de sports d’hiver

Stations de sports d’hiver

CERLER (Huesca) : L’EXTENSION VERS CASTANESA
IRRÉALISABLE … POUR LE MOMENT


C’est le président d’Aramon, Roberto Bermúdez de Castro lui-même qui l’a dit ; actuellement il est impossible de réaliser à cent pour cent le projet de station de ski dans la vallée de Castanesa avec connexion à Cerler. Rappelons que la réalisation de ce nouveau complexe skiable – un des plus grands d’Europe – nécessiterait un investissement d’environ 389 M€, impossible à assumer économiquement. Il a donc de fortes chances de rester dans les cartons quelques années de plus. Le président n’exclut cependant pas, si les conditions s’améliorent, d’effectuer quelques petits aménagements.

Mis en ligne le mercredi 5 février 2014.


RESTRUCTURATION À LA PIERRE SAINT-MARTIN (P.A.)


25M€ vont être investis dans la station béarnaise pour un gros chantier de restructuration du domaine skiable. Les deux télésièges biplaces du Mailhné et du Soum Couy, ainsi que les deux téléskis qui les doublent (Asters et Hermine), vont être remplacés, respectivement par un télésiège débrayable six places et un télésiège fixe quatre places. Le souci environnemental a conduit à modifier le tracé du télésiège du Soumcouy pour respecter une zone de nidification de lagopèdes ; de même, l’intégration des gares des remontées mécaniques sera améliorée par un habillage bois. Après la restructuration du front de neige en 2013, ces nouveaux aménagements devraient être opérationnels pour la saison 2014 – 2015.

Mis en ligne le mercredi 5 février 2014.


VAL LOURON (H.P.) LE 13 MARS :
JOURNÉE "CHIENS DE MONTAGNE EN LOURON"



Cette seconde édition aura lieu au pied des pistes de la station. Le programme comprend des démonstrations de chiens d’avalanche, une initiation au traîneau tiré par des chiens, divers ateliers et animations autour du travail des chiens, ainsi qu’un marché de produits locaux.

Le programme complet
 
 
 
 
 

Mis en ligne le mardi 12 février 2013.


GAVARNIE : FEU VERT POUR LE COMPLEXE IMMOBILIER
ET UN NOUVEAU GESTIONNAIRE POUR LA STATION DE SKI



Le Conseil d’État a rejeté la requête en cassation de France Nature Environnement contre la réalisation d’un ensemble immobilier de 1500 lits seul à même, selon ses partisans, de redresser la situation financière de la station de ski par l’apport d’une clientèle supplémentaire. Selon le maire, Christian Bruzaud : « Les travaux pourraient débuter en 2013 pour une livraison pour la saison 2014-2015. On va encore avoir deux saisons où il faudra tenir. Ensuite, pour la collectivité et le futur repreneur, c’est la certitude d’avoir des jours meilleurs ».

Autre nouvelle d’importance pour Gavarnie, la station de ski, abandonnée par Altiservice, sera gérée cet hiver par la société andorrane Ski Resort International. Cette entreprise, filiale de Pas Grau International, assure déjà la gestion de Gran Valira (Andorre) ainsi que d’autres installations en Azerbaïdjan et en Turquie. Pour le moment, l’accord porte sur la saison 2012-2013, mais Vincent Tassart, directeur de Ski Resort International, espère obtenir un contrat pluri annuel.

Par ailleurs, la direction de la station est assurée depuis le 1° octobre par le cauterésien Christophe Fabre qui vient de passer 4 ans à Barèges.

Mis en ligne le mercredi 3 octobre 2012.


UNE BONNE SAISON 2011 - 2012


Bien quelle ait été amputée de trois semaines à son début, en raison d’une neige qui se fit attendre, la saison de sports d’hiver 2011-2012 a été bonne financièrement parlant.
Le groupe N’Py (sept stations + le téléphérique du Pic du midi de Bigorre) demeure le leader des stations pyrénéennes avec un chiffre d’affaires qui progresse de 5 millions d’euros par rapport à la saison précédente malgré un léger recul du nombre de journées-ski (2,2 millions contre 2,3 millions), compensé par la hausse du prix des forfaits. Les six stations du groupe Altiservice annoncent de leur côté un chiffre d’affaires global stable, 1,4 million de journées-ski et une fréquentation en hausse de 2% par rapport à la moyenne des quatre saisons précédentes.

Mis en ligne le mercredi 16 mai 2012.


DÉBAT AUTOUR DU PROJET DE LIAISON CAUTERETS-LUZ


Articulé en deux volets, ce grand projet vise à réunir les deux stations et permettre aux skieurs de fréquenter les deux domaines skiables.
À Cauterets, une télécabine dont la gare de départ serait installée à proximité immédiate de celle du Lys monterait au plateau du Lisey, d’où un télésiège gagnerait la crête du même nom pour aboutir au voisinage du télésiège Aulian express. Une piste bleue de 3.5 Km serait aménagée entre le col de Riou et le plateau du Lisey afin de permettre le retour des skieurs en cas d’arrêt du télésiège et de proposer une piste facile supplémentaire (8 mètres de large, pente à 8%). Sous le télésiège, une piste noire serait également créée. Le tracé de la télécabine serait installé dans le thalweg du vallon afin de diminuer son impact visuel et le sentier forestier du Lisey serait préservé. L’implantation des gares sur le plateau se ferait en exploitant au mieux le relief pour une intégration paysagère « optimale ».
Côté Luz, une télécabine partirait du lieu-dit Larise, bien en aval du village.

Une opposition a ces projets jugés ruineux et dévastateurs s’est organisée dans chaque vallée avec une manifestation commune le 9 octobre 2011 au col de Riou, pétition, et campagnes auprès des populations que les associations estiment largement sous informées, notamment sur le montant des investissements.
La prochaine étape sera le dépôt d’un dossier UTN (Unité touristique nouvelle).

PLUS DE DETAILS SUR LE PROJET

Le site de La tribune d’expression de Cauterets

Le site de L’écho citoyen de Luz

Mis en ligne le lundi 23 avril 2012.


VII° CONGRÈS SUR LE TOURISME DE NEIGE ET DE MONTAGNE EN ANDORRE


JPEG - 71 ko
Ordino photo DR

Tourisme de montagne : les nouvelles stratégies du succès. Tel est le thème de ce congrès mondial qui aura lieu les 11 et 12 avril au centre des congrès d’Andorre la Vieille.

À partir d’exemples d’innovations venus du monde entier et de leur gestion sur Internet et les réseaux sociaux, les débats apporteront des clés de gestion aux professionnels du secteur et des éléments pour créer des stratégies gagnantes sur Internet.

SITE DU CONGRÈS

Mis en ligne le jeudi 5 avril 2012.


LIAISON TUNNEL DE BIELSA-PIAU-ENGALY :
PLUS DE 14.000 OPPOSANTS


JPEG - 98.4 ko
Muraille de Barroude.
(Photo Pierre Carrière).

L’association pour la défense et la protection des vallées de Saux et de la Géla (ADPSG) a envoyé le 9 janvier à Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, un état de la pétition qu’elle avait lancée dès l’annonce de la mise à l’étude du projet d’une liaison par trois remontées mécaniques entre la bouche Nord du tunnel Aragnouet–Bielsa, et la station de Piau–Engaly. Cette pétition a recueilli à ce jour 14.400 signatures venant de milieux très divers et aussi de toute la France, d’Espagne et de l’étranger. Elle est soutenue par un grand nombre d’associations régionales ou nationales parmi lesquelles, le Comité Midi-Pyrénées du Club Alpin français, France Nature Environnement 65, le Syndicat national des Accompagnateurs en Montagne, la Plataforma en Defensa de las Montañas de Aragon, le Comité régional Midi-Pyrénées de la Fédération française de la montagne et de l’escalade, Mountain Wilderness, Ecologistas en Acción, la Compagnie des guides des Pyrénées, Nature Midi-Pyrénées, les Amis du Parc national des Pyrénées, le Syndicat national des guides de montagne.
Mais, en plus de ces soutiens « institutionnels », l’association dispose d’un véritable enracinement local car elle réunit plusieurs centaines d’adhérents vivant dans la vallée.

L’ADPSG a par ailleurs écrit au Centre du Patrimoine Mondial de l’UNESCO à Paris pour attirer son attention sur les dégâts que ne manquerait pas d’occasionner, selon elle, le projet de station, tant sur le plan du pastoralisme que sur l’impact paysager. Ce dernier aspect, évoquant la grande visibilité de l’aménagement projeté depuis la zone classée Patrimoine Mondial, a d’ailleurs été souligné plusieurs fois dans le dossier d’Unité Touristique Nouvelle (UTN) déposé à la préfecture de région.

Télécharger la lettre

Rappelons que l’examen de ce dossier est pour le moment en sommeil, ayant fait l’objet d’une demande de report par le maire d’Aragnouet. Voir notre écho du 3 octobre 2011.

Mis en ligne le samedi 21 janvier 2012.


BARCELONE CANDIDATE
POUR LES JEUX OLYMPIQUES 2022


Deux bonnes nouvelles donnent un espoir sérieux aux catalans d’être bien placés pour décrocher l’organisation des jeux d’hiver en 2022 : d’abord l’abandon, en novembre dernier, de la candidature aragonaise avec la dissolution du consortium Zaragoza-Pirineos 2022, puis tout récemment le retrait de Munich, qui représentait une rivale très sérieuse. Barcelone retrouve donc toutes ses chances face à la française Annecy, et d’éventuelles candidatures suisse, chilienne, italienne ou kazakhe. Mais le délai pour déposer un dossier expirant seulement en 2013, d’autres ambitions peuvent se faire jour et changer la donne.

Mis en ligne le samedi 14 janvier 2012.


MIJANÈS (Ariège) :
LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF A DIT NON
À L’EXTENSION DE LA STATION DE SKI


Le projet d’agrandissement de cette petite station de ski familiale prévoyait l’installation d’un téléski de 730 mètres et la création de trois pistes de 4,8 Km, 1 500 et 700 mètres au cœur d’une zone d’hivernage vitale pour le grand tétras dont on connaît la situation précaire.voir notre écho du 3 août 2008

Les associations Comité écologique ariégeois et Nature Midi-Pyrénées, qui avaient attaqué l’arrêté préfectoral de 2007 autorisant la création d’une Unité touristique nouvelle, ont obtenu gain de cause du tribunal administratif de Toulouse qui a estimé, dans son jugement du 1° décembre 2011, qu’une partie du projet aurait « nécessairement un impact négatif sur la population de grands tétras des Pyrénées ». Mais le tribunal a également remarqué que le projet empièterait sur un site vierge et aurait une incidence significative sur des paysages et des milieux biologiques remarquables, avec leurs landes à rhododendrons ou leurs buttes colorées de sphaignes (9 habitats d’intérêt communautaire et 5 plantes protégées au moins).

La justification économique du projet a également été jugée « peu réaliste », notamment au niveau des hypothèses de chiffre d’affaires et de taux de remplissage des hébergements. C’est d’ailleurs une constante dans ce genre d’aménagements où les calculs de fréquentation sont généralement surestimés.
Enfin, le tribunal a fait remarquer les incertitudes quant à l’enneigement de la station, d’où un risque financier trop grand pour le budget de la communauté de communes et la régie de la station, déjà en déficit structurel.

Du coté de la communauté de communes, on fait valoir que le projet était indispensable au maintien de l’attractivité du site, qu’il signifiait la création de 12 emplois directs et de 14 emplois indirects, et que des mesures compensatrices étaient prévues pour protéger le grand tétras.
Le conseiller général du canton, Francis Magdalou, espère pouvoir trouver une solution pour débloquer la situation.

Mis en ligne le vendredi 6 janvier 2012.


|






Moteur de recherche d'articles »

S'abonner!

Pour en savoir plus, cliquez ici »

Espace abonnés

Pour accéder à l'espace abonnés,